Epinay le 23 janvier 2001,

Monsieur le Maire
Hôtel de Ville
91360 EPINAY-SUR-ORGE

 

Objet : compte-rendu du Conseil Municipal du 15 décembre 2000.

Monsieur le Maire,

Je vous remercie de la communication du compte-rendu de la séance du Conseil Municipal du 15 décembre 2000. Celui-ci appelle de la part de notre Association les réserves suivantes :

- sur l’information :
Vos propos laissent à penser que les Spinoliens sont bien informés sur le projet de la Tangentielle-Sud.
Nous ne partageons pas du tout votre approche de la situation.
La Commission Extra-Municipale Tangentielle-Sud n’avait évoqué que les principes de base du projet, essentiellement sur l’aspect ferroviaire du dossier.

Nous avions alors relevé la nécessité de prendre en compte les aménagements annexes indispensables, hors du champ d’action de la SNCF.

Le relevé de décisions du Comité de Pilotage du 17 février 1997 avait retenu notamment, dans ses conclusions :

- une voie de desserte routière avec passage en dénivelé
  pour remplacer le passage à niveau de Petit-Vaux.
- la voie de contournement du Centre-Ville reliant la
  RD117 à la RD 257.
- le raccordement des voiries locales à la RD 257,
  elle-même adaptée et  réaménagée à l’aide de
  giratoires   desservant les quartiers environnants et le
  Centre d’activités.
- le raccordement de la RD 257 à l’A6 et à la RD 117,
  avec les problèmes liés à l’étroitesse du Pont-Fer de
  cette RD 257.
- les aménagements hydrauliques ainsi que la dérivation
  de l’Yvette.

- sur la concertation préalable :
Monsieur JEU, rapporteur du projet de délibération relatif à la concertation préalable, précise que « depuis le relevé de décision du 17 février 1997, il ne s’est strictement rien passé ».
Si, « lors de la concertation préalable annoncée,  les Spinoliens ne découvrent rien de plus que ce qu’ils connaissent depuis 1995 », comme vous l’affirmez, aucun débat n’est véritablement intervenu sur les aspects routiers et hydrauliques, induits par le projet ferroviaire.

Le débat a toujours été repoussé, à défaut d’avancement suffisant des études, qui restaient à engager ou à poursuivre.
Nous n’avons eu connaissance que de la première étape :

- de l’étude hydraulique relative à la faune et à la flore
  de la rivière.
- de l’étude de trafic réalisée par le Cabinet ISBERIE.
- du projet de contournement routier lié à la suppression
  du Passage à niveau de Petit-Vaux.

A défaut de connaître la suite des études, nous n’avons jamais pu débattre :

- des incidences hydrologiques du projet.
-
d’un plan communal de circulation routière.
- des aménagements nécessités par la fermeture
  définitive du Passage à niveau de Petit-Vaux.

Dans ces conditions, notre Association ne peut qu’émettre de sérieuses réserves sur la portée de cette « concertation préalable », dont la substance nous paraît bien inconsistante.

Veuillez croire, Monsieur le Maire, en l’expression de ma considération distinguée.

                                                         Le Président,
  
                                                  Eric DARNAJOUX

Retour